Lieux Communs

Ou Bien Encore, Genève, 2021

Les deux sérigraphies, intitulées Lieux Communs sont reproduites en dix exemplaires. Sur chacune un proverbe populaire en dialecte de la région de Locarno au Tessin. Cette période profondément incertaine sous plusieurs points de vue continue à être marquée par une nécessité de communication et de rassemblement. Dans ce besoin de proximité, les sérigraphies présentées tendent à questionner l’utilisation contemporaine de l’anglais comme lingua franca. Ne voulant ni effacer les autres langues ni en faire émerger une nouvelle, n’ayant pas de valeur intrinsèque, cette langue véhiculaire crée une uniformisation et un nivellement sans frottements. Le patois tessinois, langue uniquement orale (en cours de formalisation depuis le début du XXe siècle) riche en musicalité et références linguistiques pourrait jouer le même rôle. Les deux proverbes, héritages vernaculaires, sont retranscrits de manière phonétique et créent par leurs erreurs une différente possibilité de communication.
 

Amadouer est un ensemble de sculptures en bois peint qui représentent des champignons basidiomycètes lignicoles parasites, les amadouviers. Ces champignons se fixent sur des arbres faibles ou blessés et finissent en quelques années par tuer leur hôte. Ces petites pièces décoratives, aux couleurs pastel entre l’Art Deco américain et le groupe Memphis, s’agrippent joyeusement aux parois de tout logement. Ces excroissances, sortes de tumeurs, pourraient fonctionner comme un avertissement questionnant les limites de la soi-disant évolution.